Quand Reagan comparait les talibans afghans aux résistants français

Frank Lindh, le père du « Taliban américain » John Walker Lindh dont la capture avait fait sensation au début de l’offensive américaine en Afghanistan à la suite des attentats du 11 septembre, publie une tribune dans le Guardian où il défend la cause de son fils condamné à 20 ans de prison aux Etats Unis.

Pour Frank Lindh, son fils est une victime innocente de la « guerre contre le terrorisme ». Il y raconte le parcours de John Walker, jeune homme issu de la classe moyenne américaine qui lors de son adolescence découvre l’islam, se convertit et se rend au Yémen et au Pakistan pour parfaire son éducation religieuse. C’est du Pakistan qu’il va rejoindre les rangs des talibans en Afghanistan qui à l’époque sont en guerre contre une alliance de chefs de guerre dont le plus connu est le général Massoud.

L’argument de Frank Lindh est que son fils n’as jamais pris part à des actions visant son propre pays mais s’est engagé au coté des talibans pour défendre ses frères musulmans contre l’alliance du nord. John Walker a été la victime d’un amalgame entre talibans et Al-Quaeda. Bien que les talibans aient abrité Osama Ben Laden et reçu en contrepartie une aide financière du leader d’Al Quaeda, Frank Lindh rappelle que les relations entre l’administration américaine et les maîtres de Kabul à l’époque étaient loin d’être hostiles. Les talibans n’ont pas toujours été les ennemis de l’Amérique et même à la veille des attentats du 11 septembre l’administration Bush essayait de tendre la main aux talibans pour les sortir de leur isolation.

Sous l’administration Reagan et pendant l’occupation soviétique de L’Afghanistan en pleine guerre froide, de nombreux talibans s’étaient porté volontaire pour combattre l’occupation et avait reçu le soutient financier et moral des états unis. Ronald Reagan recevait alors des délégations talibanes à la Maison Blanche et en mars 1985 avait déclaré:

Ils sont nos frères, ces combattants de la liberté, et on se doit de les aider … ils sont l’équivalent moral de nos pères fondateurs et des courageux hommes et femmes de la résistance française. On ne peu pas ne pas les soutenir

L’article du Guardian est ici (lien)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s